Jouer

Le Bridge

Le Bridge, mot anglais qui signifie "pont", est né vers 1865, dans les pays anglo-saxons. Il se présentait alors comme un dérivé du whist et du boston.

Apprendre le Bridge

Nous nous adressons, ici, au personnes qui ignore absolument tout de ce roi des jeux de cartes.

1 - On joue au bridge avec un jeu de 52 cartes. Il est cependant commode d'utiliser deux jeux, l'un des jeux servant à un coup et l'autre au coup suivant. Les 52 cartes d'un jeu de bridge sont réparties en quatre « couleurs » : Pique, Cœur, Carreau, Trèfle. Par la suite, lorsque nous aurons l'occasion de parler de ces couleurs, nous les noterons à l'aide d'une initiale : P pour Pique, C pour Cœur, K pour Carreau, T pour Trèfle.

Les treize cartes d'une couleur sont les suivantes : As, Roi, Dame, Valet, 10, 9, 8, 7, 6, 5, 4, 3, 2. Ici aussi, il sera commode d'utiliser des abréviations : A pour As, R pour Roi, D pour Dame, V pour Valet.

Les autres cartes sont désignées soit par un nombre (10, 9, ..., 2), soit, si l'on n'éprouve pas le besoin de préciser leur valeur, par une petite croix : « X »

Signalons, d'ores et déjà, que l'As, le Roi, la Dame, le Valet et le 10 sont appelés des honneurs. Nous noterons que le 10 ne joue le rôle d'honneur que dans la marque des points, à la fin d'un coup. Enfin, retenons dès maintenant que Pique et Cœur sont appelés des couleurs majeures, tandis que Carreau et Trèfle sont des couleurs mineures.

2 - Pour jouer au bridge, il faut être quatre. Si donc vous vous trouvez à trois joueurs devant une table de bridge, vous ne pouvez rien faire de sérieux. Il existe bien une variante qu'on appelle le « bridge à trois ». C'est un jeu hybride, détestable, et qui ne peut vous donner que de très mauvaises habitudes. Par conséquent, si vous êtes trois et que vous voulez jouer au bridge, cherchez un quatrième. Si vous êtes cinq, vous pouvez encore tous jouer au bridge, à la condition que les joueurs assis à la table

cèdent périodiquement leur tour à un cinquième joueur, qu'on appelle le « sortant». De même, si vous êtes au nombre de six, il y aura deux « sortants » qui pourront entrer dans le jeu à tour de rôle, selon des règles bien définies.

3 - Lorsque les quatre joueurs sont debout autour de la table à jeu, ils ne doivent pas prendre place immédiatement. Il faut d'abord procéder au tirage au sort. Pour cela, l'un quelconque des joueurs étale le paquet de 52 cartes, figures contre la table. Chaque joueur tire alors de ce paquet une carte au hasard, qu'il retourne devant lui. Les deux joueurs qui ont tiré les deux plus hautes cartes font équipe. Les deux autres joueurs constitueront la seconde équipe. Le joueur qui a tiré la carte la plus haute choisit la place qu'il désire autour de la table. Son partenaire s'assied en face de lui, et les deux joueurs de l'autre équipe prennent place de part et d'autre, comme ils l'entendent.

Exemple de tirage des places au Bridge :

Dame de Trèfle
Sept de Pique
Roi de Carreau
Valet de Pique
Joueur 1
Joueur 2
Joueur 3
Joueur 4

Les joueurs qui ont tiré le Roi de Carreau et la Dame de Trèfle feront équipe contre les deux autres. Le Roi de Carreau est le premier Donneur.

Si, au cours du tirage au sort, deux joueurs tirent une carte de même valeur, celui qui l'emporte est celui dont la couleur est la plus élevée. Par exemple, si le joueur que nous appelons Charly tire l'As de Carreau, et que le joueur que nous appelons Mario tire l'As de Pique, c'est Mario qui l'emporte, car la couleur Pique est hiérarchiquement supérieure à la couleur Carreau, conformément aux règles du bridge, où la hiérarchie des couleurs est, comme nous l'avons dit : Pique, Cœur, Carreau, Trèfle.

Le joueur qui a tiré la plus haute carte est le donneur : c'est lui qui va faire la première distribution.

Quand on décrit une partie de bridge, on a coutume de désigner les quatre joueurs par les quatre points cardinaux, que l'on dispose comme ci-dessous :

Nord (N) : Patrick
Sud (S) : Charly
Ouest (O) : Mario
Est (E) : Eliote

Le joueur qui prend place en Sud est le joueur qui a tiré la plus haute carte lors du tirage au sort. Par la suite, nous appellerons souvent nos joueurs : « Sud », « Nord », etc. Néanmoins, afin de donner à notre article un aspect plus concret, nous supposerons que nous avons affaire à des personnages de chair et d'os. Nous nous amuserons donc à appeler « Sud » : « Charly », « Nord » : « Patrick », « Ouest » : « Mario », « Est » : « Eliote ».

4 - La donne.

Charly est donc assis en Sud : il est le donneur. Mario, placé à sa gauche, en Ouest, bat les cartes et présente le paquet à Charly. Celui-ci fait couper par le joueur qui est à sa droite, c'est-à-dire par Eliote, en Est, et après avoir ramassé en un seul paquet l'ensemble des cartes après la coupe, distribue les cartes une à une dans le sens des aiguilles d'une montre, en commençant par Mario, en Ouest, jusqu'à ce que le paquet soit épuisé. Comme il y a 52 cartes dans le jeu, chaque joueur va avoir entre ses mains 13 cartes, la 52e carte revenant au donneur, c'est-à-dire à Charly. Si la 52e carte échouait devant l'un des trois autres joueurs, cela signifierait, de toute évidence, qu'il y a eu une erreur dans la distribution, c'est-à-dire ce qu'on appelle maldonne. Il faut alors que Mario reprenne les cartes, qu'il les batte à nouveau, qu'il les donne à Charly et que celui-ci, après l'avoir fait couper, recommence la distribution. L'étiquette exige que les joueurs ne touchent pas aux cartes pendant qu'on les distribue, et qu'ils ne s'en saisissent qu'une fois la distribution terminée. Chaque joueur range alors les cartes dans sa main, de sorte qu'elles soient cachées aux yeux des trois autres. Il est généralement commode de ranger ses cartes par valeur décroissante, en les groupant par couleur, et en s'arrangeant pour qu'une couleur noire sépare deux couleurs rouges afin d'éviter des erreurs dans le cours de la partie.

5 - Une partie ou robre se joue en deux manches et, éventuellement, une belle. Un camp peut donc gagner soit par deux manches à zéro, soit par deux manches à une. Lorsque le robre est terminé, on fait le total des points marqués à chaque coup, et on change de partenaire, en tirant à nouveau au sort, comme nous l'avons indiqué précédemment. Bien entendu, si ce second tirage au sort aboutissait aux mêmes équipes que pour le premier robre, il y aurait lieu de l'interpréter différemment. Ou bien encore de faire un autre tirage au sort.

Si l'on joue à cinq, on procède de la même façon avec un sortant. Le plus simple est encore de donner un exemple. Supposons qu'à nos quatre joueurs se soit joint un cinquième que nous nommerons Bertrand. Les cinq joueurs tireront chacun une carte, ce qui permettra de les classer (d'après la valeur décroissante des cartes tirées) de la manière suivante (par exemple) :

- Charly, Patrick, Mario, Eliote, Bertrand

Pendant le premier robre, Bertrand sera donc « sortant ». A la fin du premier robre, il sera « entrant », et prendra la place d'Eliote qui sera alors « sortant ». Puis après le deuxième robre, Eliote entrera à la place de Mario. Après le troisième robre, le « sortant » sera Patrick, remplacé par Mario, qui devient donc « entrant ». Le dernier robre sera disputé entre Mario, Eliote, Bertrand et Patrick, Charly étant le dernier « sortant ».

La suite avec les règles du Bridge.